AccueilAccueil  PortailPortail  Carte  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les remparts de la ville

Aller en bas 
AuteurMessage
Diboan Onòra
Sorcier
Sorcier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3901
Age : 25
Emploi : Lycée - 1ère S
Date d'inscription : 28/05/2007

Caractéristiques
Etat physique: Grièvement blessé
Statut: Lieutenant

MessageSujet: Les remparts de la ville   Jeu 21 Juin - 0:33

Deux heures après leur départ du Volcan des Brumes, l’armée pirate, sous le commandement de sire Faldio et d’Evans, arriva à Calfalas, capitale de la contrée des sorciers. Elle arriva avec le lourd pas de marche qu’avaient adopté les soldats depuis le campement. 14'000 guerriers se distinguèrent peu à peu depuis les remparts de la ville. La plupart de l’infanterie à l’avant, la cavalerie sur les flancs, les archers au milieu, les équipements à l’arrière, suivis du reste de l’infanterie… Tout avait été pensé pour prendre au plus vite sans trop de morts et de blessés la ville. Quand il la vit, Evans fit signe à la cavalerie de se diriger de l’autre côté des remparts. Aucun messager ne devait partir pour prévenir Nathanaël avant que la capitale soit sous leur contrôle. Ils s’arrêtèrent net à 500 mètres devant les tranchées. Evans leva son bras, pour faire signe aux archers de se préparer. Ceux-ci levèrent leur arc et le tendirent. Les pirates mirent le feu aux flèches avec des torches. Dans un geste brusque et rapide, Evans baissa le bras et fit signe aux archers de lâcher la corde qui tendait leur arc. La muraille de bois s’enflamma donc sous une pluie de flèches. En moins de deux minutes, toute la muraille prit feu. Les assaillants ne pouvaient plus distinguer la muraille en pierre et personne ne pouvait les apercevoir des remparts à cause de la haute fumée noire qui s’élevait vers le ciel. Evans se tourna vers son second.
- Artnëos, prenez cinquante cavaliers et parcourez la zone. Tuez tous ceux que vous croiserez et que vous verrez fidèles à sire Gil-Nalìn au point de nous trahir. Si vous voyez le moindre signe d’une armée ennemie, vous revenez. Cette fumée peut sûrement être vue de loin.
Le sorcier acquiesça et s’éloigna avec son cheval, en faisant signe à des cavaliers de le suivre. Pendant ce temps, l’armée changeait de formation. Soudain, Evans entendit des flèches siffler. Un cours instant après qu’il ait réalisé ce qui se passait, une nuée de flèches s’abattaient sur eux. Les défenseurs de la ville se servaient de cette fumée à leur avantage et avaient donc armé leurs arcs pendant qu’ils étaient cachés. Les hommes, surpris par leur réaction rapide et par le nombre de flèches, se protégèrent tant bien que mal… Heureusement, certains eurent le réflexe d’utiliser leur bouclier. A peu près 450 soldats moururent ou furent sur le point de mourir… Tardeck, le second du chef pirate, s’approcha d’Evans quand les flèches eurent fini de tomber.
- A présent, je suis certain que votre Souverain n’est pas idiot…
Il ricana, sachant très bien qu’il avait eu raison et Evans, non.
- Je ne crois que ce que je vois, moi… répondit Evans, vexé.
- Sauf que je doute qu’il nous soit bénéfique de perdre des guerriers à chaque fois pour se convaincre qu’il reste des défenses…
Le pirate s’éloigna pour retrouver la cavalerie, qui était de l’autre côté de la ville. Evans ordonna que l’on construise une muraille de bois tout autour de la ville, assez loin pour ne pas qu’elle soit atteinte par un quelconque projectile. Il voulut aussi que l’on construise le camp juste après, et ensuite une deuxième muraille en cas d’aide extérieure.
Puisqu’ils ne veulent pas se rendre, on les aura à l’usure… Ils ne peuvent pas être plus nombreux que nous, puisque nous n’avons pas perdu plus de 500 hommes, à vue de nez… Les réserves de la ville s'épuiseront au fur et à mesure et le chef de la garnison se rendra... Mais peut-être que l'on pourra abréger cette attente...
Il eut soudain une idée. Il donna un nouvel ordre : construire des béliers, des tours d’assaut et des catapultes pour la prochaine offensive avec ce qu’ils avaient emporté…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecolehp.actifforum.com
Diboan Onòra
Sorcier
Sorcier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3901
Age : 25
Emploi : Lycée - 1ère S
Date d'inscription : 28/05/2007

Caractéristiques
Etat physique: Grièvement blessé
Statut: Lieutenant

MessageSujet: Re: Les remparts de la ville   Dim 24 Juin - 13:40

Lorsque l'aube vint, Calfalas était assiégée. Aucun de ses habitants ne pouvait s'échapper.
Evans, dans la tente de commandement, était toujours en tenue de combat. Elle était restée propre, puisqu'il l'avait lavée la veille et qu'il n'y avait eu aucun combat de corps à corps entre-temps. Il discutait avec le chef pirate, son second et Artnëos.
- Que comptez-vous faire avec ça ?
Sire Falfio désigna de son doigt les armes de siège qui étaient dehors.
- Rien de spécial... répondit Evans avec bonne humeur. Quelques petites trous dans la muraille et le tour est joué !
Il se mit à rire, bien que les pirates ne trouvaient pas cela drôle.
- Ca nous ralentit ! Je veux contrôler les Terres Oubliées maintenant !
- Calmez-vous, sire Faldio. Nous avons tout notre temps. Sire Gil-Nalìn devrait maintenant avoir reçu la missive. C'est un sorcier... Il est peu probable qu'il se rende et qu'il demande de l'aide aux autres Souverains. Nous avons plus de 10'000 hommes de plus que lui, sans compter les rebelles qui nous rejoindront sûrement entre-temps. S'il attaque, nous le vaincrons rapidement et il devra se rendre. Cela fera une armée en moins. Alors patientez, nous avons tout notre temps...

Cette fois-ci, les quatre hommes se mirent à rire. Quand ce moment de joie fut passé, ils sortirent et montèrent sur leur cheval respectif. Après avoir rassemblé l'armée, Evans donna des ordres aux hommes l'entourant.
- Sire Faldio, rejoignez avec Tardeck la cavalerie, qui se situe de l'autre côté de la ville. Lorsque nous lancerons plusieurs flèches enflammées en hauteur, attaquez. Ils seront divisés car ils devront se défendre des deux côtés de la ville, ce qui nous permettra de les vaincre avec encore moins de blessés.
Pendant que les deux hommes partaient de leur côté, Evans ordonna à un pirate de se rendre aux portes de la ville.
- Prenez un drapeau blanc et ordonnez leur de capituler.
- Bien, sire Dablord.

Le guerrier partit et, après une dizaine de minutes à attendre, se fit tuer par une flèche, du haut des remparts. La fumée de la nuit était partie, et, si on oubliait l'armée qui encerclait la vile, c'était une belle matinée. Un magnifique ciel bleu dominait la ville. Ce ciel, sans le moindre nuage, allait bientôt être tâché d'une épaisse fumée, comme la veille.
Quand Evans vit qu'ils ne capituleraient pas, il s'y attendait, il ordonna que les soldats se déplacent selon une formation précise. L'infanterie était toujours en avant, les boucliers devant et sur eux, les archers juste derrière, protégés par l'infanterie, et les armes de sièges à l'arrière, prêts à parsemer la muraille de la capitale de trous divers.

------------------------------------------------------------------
[Je continue après, il faut que j'aille manger Sourire ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecolehp.actifforum.com
Diboan Onòra
Sorcier
Sorcier
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3901
Age : 25
Emploi : Lycée - 1ère S
Date d'inscription : 28/05/2007

Caractéristiques
Etat physique: Grièvement blessé
Statut: Lieutenant

MessageSujet: Re: Les remparts de la ville   Dim 24 Juin - 15:40

L'armée marcha calmement, en regardant le haut des murailles, pour voir le moindre signe d'une nuée de flèches. Visiblement, ils étaient pétrifiés de peur. Evans, avec son cheval, se tenait sur le flanc gauche de l'armée. Il la fit stopper juste devant les tranchées. Un silence plana soudainement autour de la ville. Ce fut finalement Evans qui le rompit en sortant d'un geste brusque et rapide son épée. Il la brandit en l'air et déclara, suffisamment fort pour que les assiégés l'entendent.
- Soldats ! Les habitants de Calfalas ne souhaitent pas se rendre ! Montrez leur qu'ils font une grave erreur !
Connaissant parfaitement les ordres, les catapultes, les béliers et les tours d'assauts furent avancés sur les flancs. Les pirates chargèrent les catapultes, puis tranchèrent la corde qui les retenaient. La muraille fut donc parsemée de trous sous une pluie de "gros cailloux"... Les archers lancèrent les flèches avec la précision qui leur avait été enseignée, puis les tours d'assauts et les béliers se rapprochèrent de la muraille, après que furent installées des planches qui leur servaient de pont provisoire. En peu de temps, l'infanterie entra dans la ville, tel un couteau dans le beurre (Lool).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ecolehp.actifforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les remparts de la ville   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les remparts de la ville
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» Haiti : Cazal une ville , une histoire
» Les bandits dictent leur loi, au centre ville les autorités abdiquent
» Catastrophe naturelle en perspective a Petion-Ville
» Cap-Haïtien: ville poubelle à vocation touristique ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres Oubliées :: Autre :: Salle des archives rps :: Contrée de Calfalas :: Calfalas-
Sauter vers: